Écrits sur l'Asie
EAN13
9782380943054
ISBN
978-2-38094-305-4
Éditeur
Nouveau Monde éditions
Date de publication
Collection
Chronos
Dimensions
17,8 x 10,8 x 2,8 cm
Poids
272 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

1922. Peu après son retour d’Union soviétique, Albert Londres, bien décidé à rester “journaliste au long cours”, embarque pour le Japon. Pour le grand public de l’entre-deux-guerres l’Orient est “compliqué”, mais l’Extrême-Orient, presque inconnu. À Tokyo dans la cité “née de l’union d’un typhon et d’un tremblement de terre”, le reporter de L’Excelsior et du Petit journal capte la fascinante étrangeté du pays du Mikado, et se lie d’amitié avec Claudel, alors ambassadeur de France au Soleil-Levant. Puis en 1925, c’est le départ pour “la Chine en folie” : en rendre compte, c’est dépeindre son effervescence, son bouillonnement, son chaos : les villes de l’empire du Milieu sont comme des théâtres d’ombres où s’affrontent seigneurs de guerre et mercenaires, nationalistes et communistes, bandits et trafiquants d’opium. En Inde, le Raj britannique est lui aussi en proie à l’instabilité ; la revendication monte. Hostile aux Anglais, Albert Londres y suit attentivement les futures voix de l’indépendance, Nehru, Gandhi, Rabintranath Tagore. Loin du bruit et de la fureur du nord, la péninsule indochinoise semble elle baigner dans une torpeur coloniale trompeuse. Car à Saigon bruisse déjà la rumeur de l’agitation naissante :  quelques décennies plus tard, Albert Londres y aura ses successeurs, des milliers de journalistes et écrivains venus couvrir la guerre du Vietnam. Son regard, d’une modernité déconcertante, nous donne dans ces écrits un éclairage unique sur l’Asie du début du XXe siècle.
 
Né en 1884, Albert Londres a débuté sa carrière de journaliste en 1906 au quotidien Le Matin. Plus tard, il écrira pour Le Petit journal et L’Excelsior. Ses reportages en URSS, en Amérique du Sud et en Asie ont fait de lui un véritable symbole de la profession de reporter. Créé en 1932 peu après la disparition de Londres dans le  naufrage du paquebot Georges-Philippar, le prix qui porte son nom récompense chaque année les “meilleurs reporters francophones”.
S'identifier pour envoyer des commentaires.