Enfant terrible
EAN13 : 9782264066787
ISBN :978-2-264-06678-7
Éditeur :10-18
Date Parution :
Collection :Littérature Étrangère (5039)
Nombre de pages :430
Dimensions : 17 x 11 x 2 cm
Poids : 236 g

Enfant terrible

Indisponible Indisponible

Logo plateforme

Ce livre est en stock chez 6 confrères du réseau leslibraires.fr,
Cliquez ici pour le commander

Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents – pour l'écriture, pour l'ivresse, pour la pornographie –, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie : celui d'ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur, par exemple, qui attend depuis des années son nouveau roman ; son redressement fiscal, qui porte sur près de 1 million de dollars ; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d'ignorer les réalités pour s'abandonner à ses seuls plaisirs, il est aujourd'hui dans l'impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu. Enfant terrible, enfant gâté, consommateur impénitent, Kennedy sera-t-il capable d'assumer les renoncements que la maturité exige ? Ou bien l'enfer restera-t-il jusqu'au bout plus séduisant ?

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Riez, ça vous fera du bien !

5 étoiles

Par .

Accro au sexe, porté sur l’alcool, ne refusant pas un petit rail de cocaïne à l’occasion, Kennedy Marr coule des jours heureux à Hollywood. La quarantaine fébrile, il est devenu LE « script doctor » de la cité du cinéma. Pas un producteur ou un réalisateur qui ne se l’arrache pour qu’il remette d’aplomb les scénarios bancals ou « apporte la touche finale qui fera caracoler le moindre film au sommet. » Kennedy Marr est une star.

Mais voilà, à force de « claquer son argent en belles bagnoles, en costards de marque et en bouteilles de champagne », il doit honorer une amende fiscale colossale : 1 million de dollars et une montagne de dettes. Non qu’il soit particulièrement réfractaire au « concept de redistribution des richesses » ou souffre de quelconque phobie administrative, non il préfère juste son train de vie pharaonique au reste. Or, le salut vient parfois de là où on ne l’attend pas.

En effet le prestigieux prix F.W. Bingham lui est décerné : un demi million de livres sterling non imposable directement dans la poche. Seul hic, l’heureux récipiendaire devra assumer une année universitaire dans l’établissement anglais, dispenser des cours magistraux, corriger les copies des étudiants, encadrer les travaux dirigés….

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u