M pour Mabel
EAN13
9782265115651
ISBN
978-2-265-11565-1
Éditeur
Fleuve Editions
Date de publication
Nombre de pages
398
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
404 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Enfant, Helen rêvait d’être fauconnier. Elle nourrit des années durant son rêve par la lecture.
Devenue adulte, elle va avoir l’occasion de le réaliser.
De manière brutale et inattendue, son père, journaliste qui a marqué profondément sa vision du monde, s’effondre un matin dans la rue.
Terrassée par le chagrin, passant par toutes les phases du deuil, le déni, la colère, la tristesse, Helen va entreprendre un long voyage physique et métaphysique. Elle va se procurer un rapace de huit semaines, le plus sauvage de son espèce, Mabel. Réputé impossible à apprivoiser. Elle va s’isoler du monde, de la ville, des hommes. Et emprunter un chemin étonnant.

« Des clairières. Voilà ce qu’il me fallait. Peu à peu, mon cerveau retrouvait ses points de repère et reprenait possession d’espaces inutilisés depuis des mois. Je passais ma vie depuis si longtemps dans des bibliothèques et des salles des professeurs, à fixer des écrans d’ordinateurs, à corriger des essais et à traquer des références universitaires. Ceci était une tout autre chasse. Ici, j’étais un tout autre animal. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

25 septembre 2016

Les ailes du deuil

en partenariat avec Fleuve Editions Qui se cache donc derrière ce ravissant prénom, Mabel ? Un autour. L’autour est un rapace, énorme, effrayant, qui se réfugie dans les forêts profondes, il est le « Graal obscur des ornithologues », écrit ...

Lire la suite

23 septembre 2016

Fascinée depuis son enfance par la fauconnerie, la narratrice se lance dans d’un projet nourri depuis longtemps : dresser un autour. Le décès de son père est l’élément déclencheur qui lui fait franchir le pas. Sans être novice, férue de ...

Lire la suite

Enfant, Helen rêvait d’être fauconnier. Elle nourrit des années durant son rêve par la lecture. Devenue adulte, elle va avoir l’occasion de le réaliser. De manière brutale et inattendue, son père, journaliste qui a marqué profondément sa vision du monde, s’effondre un matin dans la rue. Terrassée par le chagrin, passant par toutes les phases du deuil - le déni, la colère, la tristesse - Helen va entreprendre un long voyage physique et métaphysique. Elle va acheter pour huit cents livres un autour de huit semaines, le plus sauvage de son espèce, Mabel. Réputé impossible à apprivoiser. Elle va s’isoler du monde, de la ville, des hommes. Et emprunter un chemin étonnant. Dompter le temps. La patience. Se reconnecter à son corps ; aiguiser ses sens. Se donner complètement. Ressaisir ce lien viscéral, inscrit en chacun de nous, à la nature. Se retrouver. Voire se trouver. Enfin.

© Univers Poche

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Helen Macdonald